lundi 28 octobre 2013

Samhain

Selon les traditions, les lieux géographiques ou les anciennes tribus celtiques, on trouve différents noms pour désigner cette fête. En voici:
Avant-Propos:

L’accès à l’autre monde se fait durant le "temps de Samhain".
Ici nous parlons de "temps de fête" puisque Samain se déroule sur une période de 7 jours: 3 jours avant la pleine lune, 1 jour de pleine lune et, pour finir, 3 jours après la pleine lune, et ce, au moment de la 11° lunaison: en novembre. A noter que ce système de période de fête s'applique aussi à Beltane.


Les appellations:

Brightstone - deviantart
Shadowfest,
Martinmas,
Old Hallowmas (Ecossais,Celte),
Hallowe’en,
Hallowmas,
All Hallow’s Eve (qui veut dire Veille de la Toussaint),
Halloween,
Jour des Morts,
Fête des Esprits,
Troisième récolte,
Samain, Samhain, Samhuinn, Samain,
Veille de Toussaint,
Nouvelle année celte,
Tir-na-Nogh’th (gaélique),
Hiver celte,
Samana,
Festival de Pamona,
Vigil of Saman,
Vigil of Todos,
Santos,
veille de novembre,
fête des pommes…



Samain signifie réunion, rassemblement. C’est le temps de la dernière récolte, le moment où on engrange la nourriture. C'est aussi le moment où l'on abandonne la lumière solaire pour la lueur du feu de bois dans le foyer. C'est aussi le temps des veillées au coin du feu.

Marie des Bois parle ici de l'ambiance unique de ce jour sacré :
Citation:« Halloween est la « Nuit des sorcières », vibrant de tous les sortilèges. Les Dames de pouvoir se mêlent à la nuit, les secrets affleurent, les deux mondes se mêlent. Samain, tout s’embrume, le royaume des ombres s’ouvre. L’Esprit des Anciens va féconder celui des vivants. Les Dieux sortis des tertres ou des étoiles vont s’unir aux filles des mortels et régénérer la race des humains. Samain, 40 jours après l’équinoxe d’automne, début de la saison sombre, aux longues Nuits animées par les Feux de sortilèges et de mémoire… »
Histoire

ouvrage: "les fêtes celtiques": « Samain est la fête irlandaise la mieux attestée, on la retrouve dans de nombreux récits mythologiques et épiques. C’est le moment où les hommes ont accès à l’Autre Monde parce que l’éternité du Sid pénètre le temps et en suspend le cours. Les messagères des Dieux viennent aussi chercher les heureux mortels qu’elles ont élus (…). C’est une fête de fermeture de l’année écoulée et d’ouverture de l’année à venir. »

Selon la tradition irlandaise Samain est une fête obligatoire, si on ne participait pas à ces festivités durant 7 jours (le temps de Samhain) on risquait la folie ou bien la mort. Ceci en fait une fête résolument rituelle, tout comme l'est Beltane.
En Irlande, cette fête n'est pas agraire, elle est bien plus axée sur la religion. On y consommait une partie de la moissons et les fruits de saison.

Parallèlement à l’ouverture du Sidh, l’activité primordiale est l’offrande, c’est peut-être ce qui devait constituer le cœur du rituel que le druide faisait à l’époque. Toute la société était conviée aux festins de Samain, la différence entre les trois classes (sacerdotale, royale et guerrière/plèbe) se remarquait surtout grâce aux mets servis à table et aux rangs de chacun. Mais cela ne marquait pas à l’époque de discrimination particulière, de nombreuses sociétés de par le monde fonctionnait de cette manière, et chacun était respecté dans sa fonction. Les druides buvaient de l’hydromel, boisson de l’immortalité comme la bière mais cette dernière était plutôt dévolue aux autres convives.

La viande était un met de choix pour cette période, celle du porc animal sacré qui donnait accès à l’éternité était donc abondamment consommée. Cet animal était consacré à Lug, Lugos en Gaule. Il pouvait s’agir d’un sanglier ou porc mais aussi de deux taureaux (Gaule) que seul le druide-devin pouvait consommer, ou d’un cheval (Irlande) (animal sacrifié à la fin de la saison militaire à savoir fin octobre-début novembre).
En Gaule, on buvait plutôt du vin et on mangeait du boeuf, du mouton, du chien, du porc etc.. Petit détail, les Celtes et les Irlandais ne mangeaient jamais de cheval seul le Druide-devin avait ce privilège!


Les hommes et les femmes festoient dans des salles séparées. En effet, le caractère assez militaire du festin n’est pas forcément en adéquation avec leur manière de fêter la période de Samhain.
La fête de Samhain en Irlande, et vraisemblablement en Gaule, est le moment privilégié pour de grands évènements religieux et politiques. Ainsi, on y mettait souvent en place les élections royales. Au niveau religieux, la célèbre cueillette du gui de chêne (très difficile à trouver) pourraient bien avoir eu lieu à cette période ( Au sixième jour de la lune selon Pline, manifestement entre Octobre et décembre – Samonios ou lune précédent le solstice d’hiver ?).

Samonios est une parenthèse d’éternité, une « période close » dont la durée n’a pas réellement d’importance. 

En Gaule, d’après le calendrier de Coligny, on peut dire que l’on fêtait Samonios sur trois jours (probablement la veille, le jour même et le lendemain).
Certaines années, lorsque la pleine lune tombait le jour de Samhain, la fête et la portée mystique de celle-ci devait être plus forte. Peut-être que cette aura mystique est toujours présente dans les lieux de culte, aussi faites y attention si vous vous rendez près d'un dolmen ou d'un menhir à cette période. 

Le Sidh devient partout présent mais on y accède bien plus vite et surement si l’on se réunit là où il a coutume de se manifester… D’ailleurs, il existe de nombreux récits de conflits avec les puissances de l’Autre Monde. Les druides font des feux rituels et tous les autres feux du pays doivent être éteints sous peine d’amende.

Le Roi préside le festin avec le Druide qui s’occupe de la généalogie afin de connaître les prérogatives de chacun. Chacun était garant de l’ordre afin que les fins de soirées ne dégénèrent pas. Ni querelle ni violence ne sont tolérés car le druide permet de préserver l’aspect rituel de la fête. Le sacrifice de l’animal consacré sera lui aussi un témoin de l’importance rituelle.
Si le festin n’est pas pacifique alors les créatures de l’Autre Monde ont alors un comportement similaire et sans l’intervention du druide, les hommes peuvent devenir fous. Les chamans disent que les morts nous prennent notre âme ou des morceaux de celle-ci. Le druide a cette fonction d’intermédiaire entre le peuple et l’Autre Monde. C’est grâce à lui que les relations se passent bien, c’est aussi lui qui communique avec elles pour fermer les portes du Sidh.

Traditionnellement en Irlande, le feu n’intervient que dans deux des fêtes celtiques : Samhain et Belteine, Imbolc et Lughnasadh n’avaient probablement pas de grandes assemblées rituelles.

Le visage de la Déesse apparaît dans la nature qui exprime les changements des temps de samhain : Les nuits raccourcissent, l’air devient plus frais, la sève descend dans le tronc des arbres et les tiges de feuilles qui se préparent à tomber pour ne pas geler avec l’hiver qui s’annonce…


Pour résumer :

La fête de Samain intervient à plusieurs niveaux :
- Au niveau du peuple: il rend hommage à ses Dieux avant d’aller part à sa menue part du festin et assister aux jeux
 - Niveaux guerrier : Banquets, festin. La partie la plus visible de la fête.
- Niveaux sacerdotal : On allume le feu et on prépare le sacrifice. Ce qui a été remplacé par des offrandes pour nous aujourd’hui, en l’honneur de Lùgh. Puis on préside aux assemblés légales auxquelles prennent part le roi et les nobles.

Samhain est une fête intelligemment équilibrées car cet équilibre précaire est indispensable à la bonne marche des relations entre les deux Mondes. Seul, le druide peut être garant de cet équilibre. Car:

ouvrage: "les fêtes celtiques": « Samain n’est pas seulement une rencontre de l’humain et du divin, c’est aussi l’affirmation, élevée à la hateur d’un principe immuable, de la supériorité du divin sur l’humain.
Il est fort probable que cette fête ruisselante de joie et de lumière, renforcât par son abondance de nourriture et de boisson, le potentiel sacré de l’humanité, la préparant ainsi à la rude épreuve des ténèbres hivernales. »

Samonios est certainement la fête la plus importante de l’année, certainement plus que celle des fêtes du solstice d’hiver qui la suit. Nombreuses de ses traditions religieuses se retrouvent dans les campagnes où elle a pris un forme de fête rurale teintée de magie au détriment du culte ancien.

lizzabathory.blogspot.com



  Le visage de la Déesse à Samhain

Le visage de la Déesse, le manteau de Brigid change : il devient roux, jaune orangé mêlé au vert des arbres aux feuilles persistantes. Puis le tapis du sol se modifiera également, nous laissant ces belles couleurs à terre pour finir par créer l’humus qui nourrit les plantes.

La Déesse nous présente son visage sombre, celui du Monde d’en-bas avec ses pouvoirs de transformation et de régénération. Grâce à cette période, la Déesse nous enjoint à laisser ce qui ne sert plus, à nous préparer à de nouveaux commencements. Nous plantons les graines de nos futurs projets qui germeront lors de cette année nouvelle.

Nous célébrons la Déesse de la Mort, la Vieille Lune noire, chez les Irlandais c’est la Morrigan, en Gaule nous pourrions célébrer Nantosuelta. Nous acceptons la mort de tout ce qui est matériel, y compris nos propres corps. Samonios est ainsi propice à la cérémonie des morts, au respect des ancêtres que la Déesse a emmené dans son giron pour une autre ronde…

Certains sages restent en gardien sur des lieux sacrés, c’est le moment de leur rendre hommage, ainsi qu’à tous ceux dont les idées et les actions ont apporté résolution et paix, à toutes les grandes personnalités spirituelles.

Le rituel de Samhain sera axé sur l’Offrande, l’hommage aux ancêtres, aux sages, marquer la fin de l’année et le commencement de la nouvelle, pratiquer la divination (la période y est propice).



Sources:
http://www.paganisme.fr/paganisme/fetes-celtiques/samhain
l’ouvrage « Les fêtes celtiques » de Guyonvarc’h et Leroux

Aucun commentaire:

Publier un commentaire